La légende du café

Imprimer PDF

Parmi toutes les histoires sur le café la légende de Kalddi, le petit berger du Yemen, est sans doute la plus émouvante : ses chèvres ayant gouté aux baies rouges d’un arbuste sauvage inconnu, celles-ci eurent beaucoup plus d’énergie et de cœur à vivre qu’auparavant. La légende du café commence avec cette histoire mais peut-être qu’avant le Yemen, les premières traces du café se trouvent dans les hauts plateaux de l’Ethiopie voisine mais le port d’AL-MOKKA devient très rapidement au 15ème siècle un port important au Yemen et le plus important marché en gros de café du Moyen Orient, il a le monopole du commerce du café et des livraisons vers l’Europe. Transporté à dos de chameau ou sur des boutres (bateau typique de la mer rouge), le café se consomme le long de la péninsule arabique puis, en moins d’un siècle, dans tout le Moyen-Orient. Les marchands de la compagnie Hollandaise des Indes Orientales s’emparent des graines et permettent en 1658 la culture du café dans l’île de Ceylan, puis en Indes. Les compagnies commerciales Anglaises et Hollandaises font découvrir le café en Europe au 17ème siècle.

Le premier « café » ouvre en 1554 à Constantinople, puis à Venise en 1615 et à Vienne en 1640. A Paris le « Procope », créé par Francesco PROCOPIO, ouvre ses portes en 1686. En 1720 des Français plantent le caféier en Martinique, il sera consommé en France dès 1736. En 1775, la France est le premier producteur de café grâce aux plantations de la Martinique et de Saint Domingue. A partir des Antilles, le café se propage dans toute l’Amérique Centrale puis en Amérique du Sud. C’est à la fin du 19ème siècle que le Brésil devient le premier producteur mondial.